Passer au contenu
6 conseils pour réaliser un terrarium naturel

6 conseils pour réaliser un terrarium naturel

En quête de conseils et d’astuces pour réaliser un terrarium naturel ? Aujourd’hui, nous allons parler de ces environnements particuliers et de leur entretien. Au programme, une liste de recommandations que vous pourrez appliquer à votre terrarium pour le garder en bonne santé.

Conseil n°1 : réalisation du terrarium

Pour monter et installer un terrarium, il existe des techniques ainsi que la possibilité d’utiliser certains matériaux comme les blocs de tourbe ou les substrats.

Cela dit, c’est la créativité qui va différencier un beau terrarium d’un autre. Et si vous avez quelques moyens et ressources sous la main, vous pouvez arriver à faire de très belles choses.

Idéalement, ne vous limitez pas à une seule technique. Essayez de réfléchir de manière créative, d’avoir un esprit ouvert et curieux ! Testez de multiples choses : vous pouvez très bien empiler des pierres, mettre une racine ou cacher des plantes !

Conseil n°2 : faites pousser de la mousse bien verte

Ne pas récolter la mousse en forêt

L’une des première chose à retenir avec la mousse, c’est qu’elle vire souvent au jaune. Ensuite, prenez soin de ne pas les récupérer en forêt. D’abord, parce que c’est interdit.

Mais également parce que les mousses de forêt ne sont pas faites pour être en terrarium tropical et humide. C’est d’ailleurs pour cela qu’elles finissent généralement par devenir jaune et dépérir : elles sont faites pour avoir des cycles de saisons.

Privilégier les mousses d’aquarium

En guise d’alternative à la mousse de forêt, nous vous recommandons donc d’utiliser des mousses d’aquarium pour un résultat optimal. En effet, les mousses d’aquarium viennent généralement des régions tropicales.

Ce type de mousse vit très bien en terrarium. Et, là où il y a de l’humidité, elles vont se développer parfaitement. Gardez votre terrarium en bonne santé et agréable à la vue avec une mousse bien verte !

Conseil n°3 : automatiser votre terrarium

Nous recommandons particulièrement d’automatiser le terrarium et, par extension, de faire des cycles. Pour ce faire, on peut utiliser du matériel dédié ou s’orienter vers les petits programmateurs à la minute proposés par les magasins de bricolage et les grandes surfaces.

Ces accessoires ne coûtent généralement que quelques euros, et permettent d’avoir des cycles naturels pour le petit écosystème de votre terrarium. Et pour cause, les plantes et les animaux ont besoin de tels cycles pour rester en bonne santé.

Programmez les heures auxquelles votre terrarium va s’allumer ou s’éteindre. De cette manière, on optimisera la durée de vie de la pompe. En parallèle, cela permet d’avoir plus d’hygrométrie la journée, un peu moins la nuit.

Conseil n°4 : ajoutez du substrat à votre terrarium

Si vous souhaitez faire un tag végétalisé ou si vous comptez planter des plantes, l’ajout de substrat peut être une excellente alternative. Entre autres choses, cela va justement limiter les problèmes de moisissure qui pourraient afffecter l’ensemble du terrarium. 

Ajouter du substrat va favoriser le développement racinaire de vos plantes tout en limitant l’apparition de champignons, de parasites, etc.

La base

D’abord, il y a la base. La base doit aussi être composée de tourbe, de fibre de coco, de terre, de brouillard. On va y rajouter du sable. Le sable va permettre d’alléger votre substrat et de le drainer. C’est important.

Les écorces

Ensuite, il faut ajouter des écorces. Vous avez pas mal de possibilités : des écorces de coco, des écorces de pin, etc. Quelques centimètres qui vont permettre d’aérer le substrat. 

La sphaigne

Enfin, et très important, c’est la sphaigne et ses pouvoirs extraordinaires. Elle va pouvoir retenir l’eau. La sphaigne peut conserver 20 fois la capacité de son poids, elle a un pH assez bas qui va permettre de rendre acide votre sol. 

Conseil n°5 : ajouter des détritivores

Ce sont des éléments quasiment incontournables pour le terrarium. En effet, ils vont participer au lavage et au décrassage de ce dernier. En parallèle, les détritivores vont également produire de l’humus.

Quelques exemples de détritivores :

  • les collemboles,
  • les cloportes,
  • les blattes,
  • les vers de terre

En d’autres termes, ce sera l’engrais de base qui enrichira le sol tout en favorisant la croissance des plantes. C’est super important parce que, ça va consommer les déchets organiques présent dans votre terrarium 

Enfin, vous pouvez éventuellement ajouter un peu de charbon dedans. Cela va limiter l’apparition et le développement des bactéries et autres microbes. Toutefois, ce n’est pas obligatoire.

Conseil n°6 : choisir l’eau adaptée au terrarium

Utiliser un osmoseur

Pour les terrarium, l’idéal est toujours d’utiliser de l’eau osmosée. Les osmoseurs pour filtrer l’eau se trouvent généralement dans les magasins de jardinerie. 

Cela permettra entre autres de ne laisser passer que les plus petits minéraux comme le calcium et le magnésium, ainsi que les molécules d’eau. Avant de passer par une membrane osmotique, le système d’osmose inverse fait traverser l’eau par plusieurs filtres.

Utiliser de l’eau de pluie

Si vous n’avez pas la possibilité d’acheter un osmoseur, vous pouvez toujours utiliser de l’eau de pluie. Ça fera également l’affaire. Cependant, prenez soin de laisser reposer au moins 24 heures. Il faudra probablement nettoyer un peu plus souvent, mais vous pouvez faire ça. 

Utiliser de l’eau du robinet

Autant que possible, nous recommandons d’éviter d’utiliser l’eau du robinet pour votre terrarium : elle n’est pas bonne pour celui-ci. L’eau provenant des robinets est très riche en métal. Entre autres éléments, elle contient des métaux lourds, du chlore et du calcaire.

Maintenant, si vous utilisez de l’eau du robinet, cela ne va pas non plus tuer vos plantes. Si vous n’avez pas le choix, veillez à la laisser reposer quelque temps avant de les verser sur vos plantes.

L’hygrométrie : un paramètre à ne pas négliger dans un terrarium

Enfin, il est important de garder en tête que l’hygrométrie doit être régulièrement contrôlée. Pour une maintenance optimale et en fonction de leur origine et de leur espèce, les animaux de terrarium ont besoin de certains niveaux d’humidité et de température.

Ces niveaux peuvent être facilement contrôlés avec un dispositif comme le TerraControl, un thermomètre pour terrarium.

Conclusion

L’installation et l’entretien d’un terrarium est un vrai plaisir, une véritable passion. On peut  créer son petit coin de nature dans un bocal ou un aquarium, et développer tout un écosystème. En tout cas, nous sommes convaincus que ça vaut vraiment la peine d’essayer !

Il y a maintenant de plus en plus d’amateurs de terrariums, dont beaucoup qui en ont plusieurs chez eux. Leurs installations ont même transformé le décor en quelque chose de fantastique !

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir !

Articles suivant Comment prendre soin d'une salamandre? Je viens de la trouver dans mon bassin.