Passer au contenu
Comment créer et entretenir un poubellarium

Comment créer et entretenir un poubellarium

Le Poubellarium, c'est quoi?

 

Le mot en lui-même n’est pas très chaud. C’est un peu comme le mariage d’une poubelle et d’un aquarium. Oui mais d’où vient cette idée ? Est-ce que c’est courant le poubellarium ?

Il ne faut pas s’arrêter aux mots. Le poubellarium est pratiqué depuis des millénaires en Asie et dans d’autres continents. Ce sont des jarres avec de l’eau et pas de technique. On y met de petits poissons et des plantes. En Europe, avec les changements de température il est recommandé d’avoir au moins 100 à 150 litres d’eau pour que la température soit plus stable.

Peut-on utiliser tout bac pour la conception de ce poubellarium ? – non. Il y a de nombreux plastiques qui sont toxiques pour les poissons, alors nous pouvons utiliser de grosses jarres d’argile, ou des tonneaux coupés en deux, imperméable.

On peut en trouver dans les jardineries, pas n’importe lesquelles, mais plutôt celles qui ont une section réservée pour les bassins aquatiques.

De plus, parce qu’il n’y a pas de techniques les cycles seront plus lents à se développer et il faudra attendre minimum 1 mois à 1 mois et demi avant d’y mettre des poissons.  

 

Quelles sont les plantes idéales pour le poubellarium ?

Il faut des plantes oxigenantes qui ont un grand pouvoir filtrant tels que les papyrus. Les Papyrus ont un puissant pouvoir d’enracinement et sont reconnu depuis la nuit des temps pour filtrer et assainir l’eau des bassins. Mais on peut aussi utiliser des iris d’eau, on en trouve partout dans les mares et au bord des rivières. Les jacinthes, les menthes d’eau il y a pas mal de plantes faciles à trouver. On peut les placer dans des petits paniers, dans l’eau. À recouvrir avec un peu de cailloux ou mieux encore, de la pouzzolane, ce sont des petites pierres volcaniques poreuses permettant le développement des bactéries utiles pour votre poubellarium.

Il y a aussi d'autre plantes tres efficace tels que les azolla caroliniana
callitriche palustris, ceratophyllum demersum, crassula helmsii, egeria densa,
elodea canadensis, hippuris vulgaris, hottonia palustris, hydrocharis morsus-ranae, hydrocotyle vulgaris, myriophyllum spicatum, myriophyllum verticillatum, potamogeton crispus, potamogeton natans, ranunculus aquatilis, sratiotes aloides, stratiotes aloides, utricularia vulgaris vallisneria gigantea.

Quant à ajouter de l’eau il faut attendre à peu près trois jours avant d’y mettre les poissons le temps de permettre au chlore de s’évacuer. Ensuite, ne pas mettre de gros poissons – éviter les poissons rouges mais privilégier les guppys. 4 petits guppys seulement pour leur donner le temps de se multiplier et de s’adapter plus facilement à leur nouvel environnement. Les poubellarium en France sont mieux dans une terrasse intérieure parce qu’en hiver, les plantes meurent, l’eau gèle à la surface et les guppys supporteront très mal ces conditions. Ne pas mettre le poubellarium à l’ombre. Il a besoin de lumière pour les plantes. Suffisamment de lumière chaque jour pour créer une stabilité de température entre la luit et le jour.

Il est bon d’y ajouter des branches qui dépassent du bac pour permettre aux animaux qui tomberaient dans l’eau de pouvoir en sortir sans avoir à se noyer. Une autre idée est aussi de créer vers le haut du bac un trou pour l’évacuation de l’eau, en y plaçant un petit filtre fin comme les moustiquaires à la bouche du trou, afin de garder le même niveau d’eau même en temps d’averses et de garder les petits poissons dans le bac sans quoi, si l’eau déborde, les poissons s’en verraient accidentellement évacués, pour leur perte.

 

A noter aussi qu’il est bon d’ajouter de temps en temps des bactéries, pour que celles-ci puissent transformer l’ammoniac provenant des déchets de poissons et des plantes en élément assimilable par les plantes, ce qui permettra de garder vos poissons en bonne santé.
Article précédent Comment choisir une pompe pour ma lame d'eau ? Comment calculer ?
Articles suivant Choisir un aspirateur pour étangs et bassins : découvrez les Pondovac d'Oase !

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires