Passer au contenu
Comment faire une mare dans un jardin?

Comment faire une mare dans un jardin?

Faire une mare dans un jardin ne se limite pas qu’au caractères esthétique du projet. Une mare enrichit la biodiversité du jardin et rend, ainsi agréable la vie des insectes, des poissons, des grenouilles mais aussi des autres animaux et de la flore dont la survie pourrait dépendre de cette retenue d’eau. Cependant, des soins apportés à la création de l’ouvrage dépendra son succès. Il vaut, donc mieux prendre toutes les dispositions pour sa réussite.

Choisir un bon emplacement


La position de la mare par rapport aux autres immeubles situés sur le terrain sur lequel elle sera créée est essentielle. La situation de l’ouvrage permettra d’optimiser son utilisation. Il ne convient de ne pas perdre de vue qu’une mare n’est pas un ouvrage à déplacer comme tous autres. C’est pourquoi, il vaut mieux réfléchir profondément avant de se lancer. Généralement, l’on tient des autres immeubles, déjà élevés sur le terrain.

Aussi, l’existence sur le terrain de zones humides ou de pentes où les eaux de pluie ont, l’habitude de stagner. Ces considérations peuvent être déterminantes dans la localisation du lieu idéal pour faire sa mare. La raison est simple : il serait plus facile de faire de tels lieux des retenues d’eau à cause de leur disposition naturelle à servir de cadre à cette ouvrage.

Un endroit plus ou moins herbeux pourrait, aussi être idéal pour faire une mare. La présence des arbres pourrait être très favorable à la bonne marche du projet du moment où ils ne sont pas trop nombreux. L’on peut aussi tenir compte d’autres considérations. C’est le cas, par exemple de la distance qui séparera la mare de l’usage auquel il sera affecté. Ce serait stupide de faire l’ouvrage à l’autre extrémité du domaine et de devoir faire des vas et retour dans l’usage de l’eau retenue.

Un design qui favorise la biodiversité

La meilleure des mares est celle dont les caractéristiques permettent la vie de plusieurs espèces. Une mare herbeuse par ici mais dégagée de toute prairie par-là permettra plusieurs espèces d’animaux de cohabiter plus facilement. Il en est de même de la profondeur. Une mare profonde et mi remplie de parts et d’autre arrangerait tout autant l’habitat des animaux. Il faut veiller à ce que la profondeur soit faite par palier de à 10, 30, 50 cm. On peut tracer au sol un contour non géométrique des berges de façon à favoriser la biodiversité. On peut prélever un peu d’herbes et déposer sur les pourtours.

Comment faire le trou ?

C’est une question que se pose tous ceux qui se lancent dans le projet. Plusieurs possibilités leur sont offertes. On peut décider de creuser le trou à la main à l’aide d’une pelle mécanique. Cependant, la plus grande difficulté est celle de pouvoir retenir l’eau et d’assurer l’étanchéité du trou. Ce qui n’est pas gagné à l’avance. C’est pourquoi, généralement, l’on recourt à d’autres méthodes.


L’on peut acheter un bassin en plastique préformé. On peut en trouver dans presque tous les magasins. Il suffira, juste après de creuser un trou, d’y poser le bassin. Le seul inconvénient est que la taille de ces bassins est relativement petite. Pour contourner cette difficulté, l’on peut recourir à l’usage de bâches. Elles permettent de couvrir une surface plus grande. Facile d’utilisation, il suffit de creuser le trou et de poser la bâche sur un lit de sable.

Mieux encore, on peut étaler une toile géotextile sur le lit de sable avant de poser la bâche pour éviter la remontée des racines et autres herbes. Les bâches en caoutchouc EPDM de 1,14 mm d'épaisseur sont les plus recommandées. On peut y déposer une couche de terre et quelques plants aquatiques avant de remplir le trou d’eau. Il faut veiller à ce que le trou ait une profondeur de 50 voire 80 cm.

Comment remplir le trou d’eau ?

C’est la dernière phase du projet. Elle consiste à remplir le trou. La plus facile des moyens est de le faire avec l’eau de robinet. Seulement, cette méthode a pour inconvénient d’utiliser une eau traitée avec des produits insupportables des micro-organismes tels le chlore. Aussi, ce serait une pure perte que d’utiliser une eau potable pour une telle fin.

Pour de petites installations, on pourrait aussi utiliser l’eau de pluie. Elle est convenable pour faire une marre à moins qu’elle n’ait été réservée pour d’autres usages. L’eau de ruissellement parait la meilleure source d’approvisionnement des mares artificielles. Elle draine sur son passage des micro-organismes utiles au projet et se verse directement dans le trou sans qu’on ait besoin de faire un travail supplémentaire. De plus en plus, certains constructeurs utilisent un ruisseau naturel préexistant pour remplir la marre. Ils ne font juste que dévier les eaux vers le trou creusé. Une fois remplie, le reste de l’eau est retourné au ruisseau. Pourtant, quoique facile, cette solution ne peut être envisagée que lorsqu’un ruisseau existe dans les environs. Il y a une dernière solution. Mais elle se révèle plus contraignante. Il s’agit de la réutilisation des eaux usées de sa maison. Il aura, tout de même fallu l’installation d’un système de phyto épuration ; une installation qui est soumise à autorisation.

Article suivant Comment analyser l'eau du bassin au printemps

Laisser un commentaire

Votre commentaire doit être validé avant d'apparaître

* Champs requis