Passer au contenu
L'automne approche : nettoyez et protégez le bassin de votre jardin

L'automne approche : nettoyez et protégez le bassin de votre jardin

L'été touche à sa fin et le jardin va progressivement se préparer pour l'automne et l'hiver. Si un bassin de jardin ne semble pas sujet aux grandes transformations que connaît la végétation en cette période de l'année, il convient pourtant que l'on s'y intéresse. Car même si elle se fait plus discrète, la vie est aussi présente dans l'eau et mérite qu'on en prenne le plus grand soin.

Enlever les feuilles tombées des arbres 

Loin de constituer une protection contre d'éventuelles agressions extérieures, les feuilles qui s'amoncellent à la surface d'un bassin ou d'un étang peuvent au contraire devenir une menace. Les feuilles sont en effet des organismes qui se décomposent une fois morts, un processus qui peut avoir des conséquences sur la « composition » de l'eau du bassin. Il faut donc à tout prix empêcher que cela se produise, en particulier si la pièce d'eau abrite des poissons. Nous vous conseillons de placer un filet pour votre bassin à la tombée des premières feuilles mortes. Vous pouvez commander un filet sur notre boutique en ligne en cliquant ici


Autre danger que représentent les feuilles mortes lorsqu'elles s'accumulent sur et dans un bassin : elles peuvent obstruer les filtres et autres dispositifs installés, au point de les rendre totalement inopérants.

Or, si les pompes, filtres et autres jets d'eau sont installés, c'est qu'ils ont une réelle utilité, en termes de filtration, de propreté, d'oxygénation et de composition de l'eau. Il est donc nécessaire d'intervenir.

Comment ? Tout simplement en enlevant les feuilles de la surface de l'eau à l'aide d'une épuisette pour bassin, ou en plaçant directement un filet pour étang. Pour ce faire, on peut alors procéder avec un râteau et/ou une épuisette. C'est efficace et on finit par avoir le dernier mot. Mais que de temps et d'énergie perdus…

L'autre solution est de tendre un filet au-dessus de la pièce d'eau. C'est lui qui fera le travail de collecte des feuilles à votre place, et très probablement beaucoup mieux que vous. Il suffit ensuite de l'en débarrasser, moins souvent et plus facilement.

Procéder au nettoyage du bassin 

Quoi que l'on fasse, des végétaux finissent toujours, au fil des mois, par coloniser les bassins et autres étangs. La conséquence de cette colonisation est qu'ils modifient l'équilibre de l'eau, notamment en se décomposant et en se transformant en vase qui s'accumule au fond de l'eau. Dès lors, cette vase influe sur la composition de l'eau et peut nuire à la vie animale et végétale de la pièce d'eau. 

Puisqu'aux grands maux il convient d'appliquer de grands remèdes, la tentation peut être grande de vider totalement le bassin, de le nettoyer, puis de le remplir à nouveau. Radicale en effet, cette solution est cependant à proscrire. En effet, les plantes et les poissons — lorsqu'il y en a — créent au fil des semaines un environnement propice à leur vie et à leur développement.

Il est par conséquent conseillé de préserver au mieux cet écosystème, de ne pas le rompre en tout cas, sous peine de nuire à l'existence même des plantes et des animaux. Alors comment se débarrasser de la vase sans pour autant vider le bassin ? En l'aspirant, tout simplement et en ajoutant des bactéries qui vont améliorer la digestion de la matière organique dans le fond. 

Des aspirateurs de bassin sont en effet commercialisés, qui permettent de nettoyer le fond d'une pièce d'eau tout en préservant l'équilibre que les organismes vivants ont créé au fil du temps.

Vérifier régulièrement la qualité de l'eau 

La bonne qualité de l'eau est essentielle à la bonne santé d'un bassin. Trois éléments doivent être contrôlés pour en faire une évaluation précise. Le premier est le pH, qui dans l'idéal doit être compris entre 5 et 8. S'il est trop acide (inférieur à 7), c'est qu'il y a trop de matières organiques dans l'eau. S'il est trop basique (supérieur à 7), c'est que l'eau n'est pas suffisamment aérée, qu'elle manque d'oxygène et donc qu'elle stagne.

Le deuxième élément à vérifier est la dureté de l'eau. Sans entrer dans des explications fastidieuses, retenons simplement que cette dureté — exprimée en TH, pour titre hydrotimètrique —, doit se situer entre 10 et 15 pour convenir à la vie animale et végétale. Le taux d'oxygénation de l'eau est lui aussi un facteur déterminant que la vie se développe dans un bassin de jardin. Des poissons qui remontent à la surface pour chercher de l'air sont le signe infaillible que l'eau dans laquelle ils évoluent manque d'oxygène.

Heureusement, certaines plantes comme le cornifle immergé, la pesse vulgaire, l'élodée ou la violette d'eau contribuent à produire de l'oxygène. De même, l'installation d'une pompe couplée à un jet d'eau permet aussi d'aérer convenablement un plan d'eau. Enfin, plus l'eau est claire, plus la lumière du soleil y pénètre et mieux les plantes et les animaux aquatiques se portent. Il faut donc nettoyer régulièrement les filtres du bassin afin qu'ils remplissent parfaitement leur office.

Préparer plantes et poissons au prochain hiver 


Une fois que toutes les mesures « environnementales » ont été prises, il est temps de préparer les plantes aquatiques à l'arrivée du froid. Première chose à faire : les protéger des éventuelles gelées. En effet, les plantes aquatiques comme les autres sont très sensibles au froid et il est préférable de « transférer » au fond du bassin celles qui sont éventuellement cultivées près de la surface, en pots ou en paniers. Les tailler avant leur « transfert » peut être également utile pour les aider à bien passer l'hiver. Une fois les beaux jours revenus, il suffira alors de les remonter pour qu'elles puissent à nouveau profiter de la lumière et de la chaleur du soleil. 


On peut aussi donner un petit coup de pouce aux poissons pour qu'ils passent bien l'hiver. Tant qu'ils mangent, on peut par exemple leur donner des vitamines. Ça les fortifie et les aide à faire des réserves. Lorsque l'eau devient froide et qu'ils cessent de s'alimenter, il est alors temps d'arrêter la filtration et, si nécessaire, de la nettoyer à nouveau. Veiller en outre à désactiver tout ce qui peut contribuer à refroidir l'eau davantage, les cascades notamment. 


Tout est prêt désormais pour que les froides journées s'écoulent sans souci. Il est temps de laisser s'assoupir la faune et la flore aquatiques du jardin, puis d'attendre patiemment le retour du printemps. Et, avec lui, le réveil de la nature.

Article précédent Comment préparer l’eau d’un bassin pour y accueillir des carpes koïs?

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires