Passer au contenu
Qu’est-ce que l’aquaponie et comment ça marche

Qu’est-ce que l’aquaponie et comment ça marche

Aquaponie

Vous pensez qu'un poisson et un légume, ça n'a rien à voir une laitue n'a pas besoin d'une truite pour pousser et que la truite n'a pas besoin de la laitue pour grandir. Eh bien ça, c'était avant.

L'aquaponie, un système de production révolutionnaire qui permet d'élever ensemble des poissons et des végétaux. Un système très vertueux où chacun aide l'autre à se développer. Et surtout, un procédé 100% écologique où tout se transforme. Et rien ne se perd.

Aujourd'hui, un poisson sur trois provient de l'aquaculture, c'est à dire d'un élevage, en recherchant les moyens les plus efficaces de diminuer la pollution liée à ce type de production.

Si on regarde l'univers de l'aquaculture, on voit presque que le problème, c'est les déchets de l'aquaculture. En fait, une pollution de l'environnement et l'aquaponie nous donne une possibilité de faire une production de poissons et des plantes dans un système très écologique.

 Alors expliquons déjà les rudiments de l'aquaponie. Une pratique pas si nouvelle que ça, puisqu'on retrouve des traces chez les Mayas deux millénaires avant Jésus-Christ. Précision utile ce système ne fonctionne qu'avec des poissons d'eau douce.

 Alors, comment ça marche ? L'aquaponie permet d'associer dans un système fermé l'élevage de poissons et la culture de plantes.

Dans le principe, les excréments des poissons servent d'engrais aux plantes qui, à leur tour, vont purifier l'eau des poissons. Pour cela, il faut en fait un troisième élément les bactéries. Elles vont permettre de transformer l'ammoniaque qui est toxique aux poissons. L’ammoniaque provenant des déjections et des matières en décompositions.

L’ammoniaque sera transformée en nitrates, assimilables par les plantes et ces échanges serviront de nutriments pour la croissance des végétaux.

En absorbant les nitrates avec leurs racines, les végétaux nettoient à leur tour l'eau qui, purifiée, peut repartir alors dans le bassin des poissons et ainsi de suite.

N'importe quelle plante maraîchère à feuilles et fruits poussent avec l'aquaponie. Mais oubliez la pomme de terre ou la carotte pour comprendre comment ça marche. Il faut se rendre au cœur du système, dans la salle qui abrite les bassins de poissons.

Ça commence avec la nourriture du poisson. Une nourriture végétale. Pas de farines animales.

Premier élément du système, au fond du bassin, une évacuation permet de récupérer les précieuses déjections qui sont dirigées vers un premier filtre, le filtre Tambour, qui permet de faire une première séparation entre les particules fines et les particules solides. Ce sont les particules fines qui resteront dans le système.

Les particules solides, elles, sont dirigées vers le filtre de décantation qui permet d'obtenir une boue très solide, non assimilable par le système. Elles seraient revendues, car c'est un engrais très recherché. Les particules fines continuent leur chemin dans le système.

Entrent en jeu les bactéries. Elles vont se développer sur ces petits morceaux de plastique qu'on appelle des biofilms. Elles sont invisibles, mais elles font du bon boulot. Grâce à elles, l'ammoniaque contenu dans les déjections des poissons va se transformer en nitrates, autrement dit d'une substance très nocive pour les poissons. on obtient un nutriments essentiels pour les plantes.

Une opération très naturelle puisque les bactéries jouent ce même rôle dans la nature. Une fois filtrée, le précieux liquide est dirigé vers les plantes à cultiver. L'eau remplace la terre, la plante ont leurs racines à même dans l'eau. C’est l'eau des poissons qui nourrit nos plantes. Et les plantes elle-même avec leurs racines, nettoient l'eau qui retourne aux poissons dans un cycle fermé.

Racines dans l'eau

Non seulement on fait d'énormes économies d'eau, mais en plus on est assuré grâce à la qualité des nutriments et l'absence de saisons d'une productivité quatre à cinq fois supérieure à la culture en pleine terre.

Autre grand avantage de l'aquaponie, c'est que le système lui-même interdit d'utiliser des antibiotiques pour le poisson et des insecticides pour les plantes. Le système de production donne une garantie au consommateur que les produits n'ont pas été traités.

L'aquaponie, c'est une garantie de produits sains, locaux et donc frais. Bien que 100 % naturels, les produits issus de l'aquaponie ne peuvent pas bénéficier du label bio. La réglementation européenne impose qu'un produit bio, ait poussé en pleine terre.

En France aussi, l'aquaponie pourrait être la grande solution, dans un pays où sept poissons sur dix sont importés. Il y a urgence à trouver de nouvelles méthodes de production. La technique utilisée pour réduire la quantité d'eau s'appelle la recirculation.

Au rappel, on régénère l'eau des bassins à l'aide de bactéries. Le problème de l'aquaculture, c'est la pollution des eaux. Là encore, l'aquaponie fait des miracles.

Si l’on compare l'eau qui sort d'un élevage classique à celle qui sort d'un système de l'aquaponie l'eau très sale devra être nettoyée et dans l'autre, l'eau très propre peut être réutilisée.

L'aquaponie impose une petite révolution des mentalités en faisant se rencontrer le monde de l'aquaculture et celui de l'horticulture. Deux métiers différents, deux milieux professionnels qui ne se connaissent pas. Mais c'est l'avenir.

On part vers des systèmes un peu plus complexes, un peu plus intégrés, qui nous sortent un peu de systèmes monospécifiques. Une espèce peut aider une autre à se développer.

A ceux qui se disent encore mais à quoi bon l'aquaponie, à ceux qui pensent aussi que l'aquaponie, c'est bien sympa, mais que ça ne peut pas produire de grosses quantités ou encore que le modèle économique soit fragile, Les Américains apportent la preuve du contraire.

Aux USA, le pays leader du secteur des projets toujours plus grands se multiplient. Près de l'aéroport de Chicago, farmed here, une société entièrement dédiée à l'aquaponie, fait exploser tous les records avec près de 9000 mètres carrés de surface de culture. Cette ferme d'aquaponie, est la plus grosse du monde. Leurs bassins de poissons comprennent entre 300 et 400 poissons chacun, avec une densité de poissons certes élevés, mais qui correspond aux normes de l'aquaculture.

Leur zone d'élevage compte plusieurs milliers de tilapia et la ferme produit 50 tonnes de légumes par an pour atteindre cette taille. Il a fallu changer d'échelle en empilant les cultures et en éclairant artificiellement. C'est l'une des choses les plus essentielles, l'éclairage. Et tout fonctionne à l'éclairage artificiel.

Ces éclairages sont de plusieurs types, des lampes fluos aux lampes LED et l'éclairage artificiel a un énorme avantage il permet d'augmenter la productivité. La nuit ne tombe jamais dans ces systèmes. On peut contrôler tout l'environnement. On n'a pas d'oiseaux qui volent. Ils n'ont pas de parasites non plus, car l'installation est complètement fermée.

Contrairement à l'Europe, la réglementation américaine reconnaît l'aquaponie comme bio Farmed Here n'est pas peu fier d'être la première ferme aquaponique des USA certifiée bio.

Les produits vendus à quelques restaurateurs et surtout en supermarché, sont des produits à forte valeur ajoutée herbes aromatiques, pousses de salades, et sauces préparées. Si le modèle américain hyper techno peut sembler démesuré, il permet néanmoins de produire sur un hectare en étage 20 à 40 fois plus que l'agriculture traditionnelle. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. L'aquaponie a de l'avenir. Il faut juste trouver les fermiers d'un nouveau type, pas effarouché par le mariage de la carpe et de la salade. Et pourquoi ne pas tenter l'expérience vous-même et fabriquer un système de l’aquaponie ?

Article précédent Je cherche des plantes qui filtrent l'eau

Commentaires

Cedrick - mars 24, 2021

Au plaisir! Ravi de savoir que l’article vous ait plu.
Pour les bactéries à utiliser nous conseillons a tous ceux qui sont désireux de commencer leur système aquaponique de se la procurer à ce lien: https://www.foudebassin.com/products/bactogen-40000-bacterie-aquatic-sciences

Cedrick

OLIVER - janvier 26, 2021

SUPER CHOUETTE MERCI D’AVOIR
écrit à ce sujet je trouve ça vraiment bien expliqué, grace a vous j’ai appris
plein de nouvelle choses
MERCI

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires